Réflexion des Fêtes – Les étoiles filantes

L’année dernière, je publiais un conte des Fêtes. Voici ma réflexion pour l’année qui se termine.
______________________________________

L’être humain est une étoile filante.

Il s’imagine être un grand soleil, à l’image des étoiles véritables qui scintillent la nuit, mais il n’est qu’une poussière venue des profondeurs de l’univers qui entre dans l’atmosphère d’une extraordinaire planète.

Sa vie est à l’image de l’éclat de feu qui consume ce grain. Certains ne sont qu’une étincelle, bien peu de chaleur. Pourtant, même cette courte étoile filante est suffisante pour les vœux des amoureux. Combien de mains se seront serrées d’émotion devant sa brève lumière?

D’autres auront une vie plus longue, traçant dans le ciel noir un trait d’or qui donnera naissance à des espoirs plus complexes, des projets plus audacieux. Peut-être leur chemin aura été suffisant pour qu’elles meurent au sol, laissant aux chercheurs de nouvelles réponses sur l’univers, apportant d’autres mystères sur nos origines.

Il y a aussi des étoiles filantes assez grosses pour être perceptibles en plein jour, dans le bleu du ciel. Impressionnantes, souvent bruyantes, elles cassent parfois quelques vitrages, mais ces pierres finissent comme les autres, immobiles et froides sur la terre. La fascination que leur passage a générée attire des curieux à la chercher, à la nommer. Jusqu’à ce qu’une autre étoile filante, plus belle, la relègue à l’oubli.

Les dernières, de monstrueux amas de roc et de glace, sont plus rares. Elles apparaissent, inoffensives, dans nos télescopes. Oh! Elles sont immenses, mais malgré leur prétention, elles passent loin de notre refuge.

Jusqu’à ce qu’une de ces images enfle et se multiplie dans les loupes des observateurs attentifs.
Jusqu’à ce que sa trajectoire se précise.

Il est toujours trop tard pour sauver la vie qui repose sous sa cible. L’étoile filante perd son épithète et sa beauté quand elle perce toutes nos défenses pour s’écraser. Elle efface les traces du quotidien de ceux et celles qui souriaient avant elle. Ce monstre-là ne supporte pas les autres, il modifie les couches de l’histoire pour ne laisser que son nom, que la mémoire de sa destruction.

L’être humain est une étoile filante, un espoir, un sourire le temps d’un éclat, une source de curiosité et d’énigmes renouvelées.

Mais il y a celles qui sont plus menaçantes, bombées par l’illusion d’être à l’égal du Soleil, et qui détruisent tout sur leur passage.

Que 2018 les fasse passer loin de notre Terre.

Laisser un commentaire