Plages et vent, Îles-de-la-Madeleine

Iles de la MadeleineQuelle belle journée nous avons passé! Malgré la fatigue de ce matin après cette courte nuit, nous avons eu le plaisir de voir le ciel se dégager ce matin et le soleil réchauffer la matinée.

Nous sommes partis avec la voiture vers l’île du Havre-Aubert. Nous n’avons pu nous empêcher de s’arrêter en chemin, pour marcher sur la plage de la Martinique. On en a profité pour déguster un muffin et un pain au chocolat que nous avions acheté à la boulangerie Fleur-de-sable. C’était tellement beau! Que serait une vie ici? Nous nous sommes surpris à l’imaginer en laissant la mer caresser nos pieds et le vent fouetter notre énergie.

Iles de la MadeleineÀ Havre-Aubert, nous avons fait une visite aux Artisans du sable, un économusée fort intéressant qui présente les multiples usages du sable des îles. Ils vendent des objets fort intéressants. Juste un peu plus loin, on peut flâner sur le chemin de la Grave, où l’on trouve de nombreuses boutiques. Peut-être que j’ai un préjugé, mais j’ai souvent l’impression que les lieux touristiques avec de petits magasins de souvenirs présentent pas les mêmes objets faits en Chine. Ce n’était pas le cas! Bien au contraire! Quelle heureuse surprise! On trouve un peu de tout, des vêtements, objets d’art et bijoux faits par des artisans locaux. Très intéressant. Les Îles-de-la-Madeleine sont un endroit béni des artistes et artisans.

Iles de la MadeleinePour terminer cette dernière visite de l’île du Havre-Aubert, nous avons escaladé les buttes surnommé Les Demoiselles. Le chemin vers le sommet est court, facile d’accès. La vue est magnifique, mais c’est souvent le cas aux îles.

Nous avons fait le trajet de retour en passant par le Bassin, ce qui nous permet de voir le côté plus boisé de l’île. En effet, les arbres sont certainement ce qui manque le plus aux Iles-de-la-Madeleine, particulièrement les feuillus. Pour l’instant, seuls 18 % de la surface est constituée de forêt (surtout des conifères). Mais chaque année, on plante quelques dizaines de milliers d’arbres pour reboiser les îles. On dit que lorsque Jacques Cartier s’y est arrêté en 1534, toutes les Îles-de-la-Madeleine étaient couvertes d’arbres jusqu’aux bords des falaises. C’est fort différent aujourd’hui.

Pour finir, nous voulions voir une plage du côté nord. Sur le chemin de la plage de l’hôpital, on s’est arrêté à l’herboristerie l’Anse aux vents où j’ai acheté de l’huile d’olive parfumée à la tomate. Ils offrent des mélanges d’épices et une huile à base de homard qui parfume très bien les plats, je n’ai pas de doute!

Iles de la MadeleineEn arrivant à la plage du nord, le vent soufflait très fort et les vents étaient violentes. Fort peu de gens s’y prélassaient et encore moins osaient y mettre le pied. Nous nous sommes contentés de marcher en regardant les trois personnes moins saines d’esprit qui faisaient du kite-surf sur de puissants courants marins… Enfin.

Un voyage aux îles sans manger à la Factrie (l’usine à poisson de la compagnie Cap-sur-Mer) n’est pas un voyage. Au deuxième étage de l’usine, une grande cafétéria vous offre le poisson à toutes les sauces, le homard près de son beurre à l’ail, le pot-en-pot (pâté de fruits de mer). C’est très populaire, il y avait beaucoup de monde! Et j’y ai même retrouvé une amie qui visitait aussi les îles, tout à fait par hasard. C’est vraiment LA PLACE du poisson frais. 🙂

Laisser un commentaire