Le Blue Lagoon, symbole de la richesse islandaise

Blue LagoonLe transport pour s’y rendre coûte au minimum 32 dollars. Le billet de la formule « standard » est à 40 dollars. De telles dépenses créent de grandes attentes. Qui ne seront pas déçues. Le Blue Lagoon, un lac artificiel de 200 mètres, rempli d’eau volcanique, est une expérience unique.

Blue LagoonLe chemin qui y mène est celui qui relie l’aéroport de Keflavík et la capitale Reykjavík: un champ de lave au milieu duquel passe une route. C’est assez extraordinaire de contempler ces pierres noires sillonnées de fissures et recouvertes d’une mousse d’un vert tendre. Tout près, la mer bleue; au loin, de jeunes montagnes hachurées.

Le Blue Lagoon est relié à une centrale géothermique qui puise de l’eau bouillante à 2000 mètres sous ces pierres volcaniques. Elle en sort à 240 degrés et fait tourner des turbines qui créent l’électricité dont on ne sait plus que Géothermie - Islandefaire ici. On se sert pour éclairer et chauffer les maisons bien sûr, cultiver les légumes (serres) et les poissons (pisciculture), chauffer les piscines extérieures ouvertes à l’année. Comme l’Islande est une île qui ne peut exporter son surplus d’électricité, elle invite les industries qui consomment beaucoup d’énergie (aluminium, serveurs informatiques) à s’installer ici pour profiter de cette énergie verte.

On se sert aussi de l’eau chaude pour faire fondre la neige sur des trottoirs trois fois plus large que les nôtres! Je l’avoue, je suis jalouse! Ma poussette, qui a tant de mal à se trottiner sur entre les poteaux électriques de ma ville (inexistants en Islande puisque l’électricité est enfouie) et les bacs de poubelle/récupération/compost n’a jamais le moindre problème sur les trottoirs de Reykjavík.

Pierres volcaniquesLorsque l’eau s’est refroidie, elle devient l’eau chaude municipale. Cette eau sent le soufre, une odeur d’œufs pourris sort donc du robinet. De temps à autre, le vent apporte cette odeur sur la ville, vite balayée par les souffles marins. Quand on prend sa douche, on a l’impression que l’eau est « douce », qu’elle laisse un filin sur nous. Elle ternit aussi graduellement mes bagues en argent… L’eau chaude n’est pas dangereuse pour la santé, mais il est préférable de ne pas la consommer. En fait, l’eau froide ne sent rien, ni le soufre, ni le chlore, car c’est de l’eau de source! Elle est donc fabuleuse à boire, telle quelle. Les Islandais en sont très fiers d’ailleurs!

Blue LagoonMais revenons au Blue Lagoon. À deux pas, il y a donc la centrale géothermique de Svartsengi. Elle déverse dans le lac artificiel de l’eau chaude entre 37 et 40 degrés. De grands pans de fumée blanche s’élève de la centrale et du lagon. Cette eau est réputée excellente pour la peau, car elle est chargée de silice, minéraux, sel et algues bleu-vert (d’où la couleur du lagon). Le lagon bleu, c’est donc l’eau rejetée de la centrale… On s’y baigne, on s’y détend, on s’étend de la boue blanche sur le visage et le corps…

Terre d’extrêmes, l’Islande a su transformer l’énergie volcanique en richesses. Le Blue Lagoon, c’est un peu le symbole de l’utilisation ingénieuse qu’en ont fait les Islandais: énergie électrique, eau miraculeuse, spa luxueux…

P.-S. Les enfants y trouvent aussi beaucoup d’agréments. Léo en a fait le tour, pouvant marcher à plusieurs endroits. Il a voulu essayer la boue, la cascade, les petits ponts. C’est aussi agréable pour eux que pour nous. Et la préparation tout comme le départ se passent bien car les vestiaires sont très bien organisés: bracelet à puce, séchoirs et bancs partout, gel douche et revitalisant… Le grand confort, même pour le billet minimum!

2 réflexions au sujet de “Le Blue Lagoon, symbole de la richesse islandaise”

  1. Quand on regarde à quel point ils vivent en harmonie avec la nature, on se désole un peu de ce qu'on fait ici.

    Mais sinon… C'est magnifique!

    Répondre
  2. Je n'en serais pas si sûre! Ils ont beaucoup d'eau et beaucoup d'énergie disponibles et ils font comme les Québécois avec tout cela: ils la dépensent sans compter! L'eau coule à flot, les Islandais sont ceux qui possèdent le plus de voitures par ménage (1,6 auto) alors ils peuvent toujours s'améliorer. Les transports en commun sont toujours à l'essence, quoique ça commence à changer… Bref, je n'en ferais pas nécessairement l'apologie! Au Québec, l'hydroélectricité, ce n'est pas mal non plus! 🙂

    Répondre

Répondre à Nomadesse Annuler la réponse